logo-IV-LCT.jpg

Ligue Communiste des Travailleurs

Section belge de la Ligue Internationale des Travailleurs -
Quatrième Internationale (LIT-QI)

« L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes. » K. Marx

Newsletter

Venez en débattre ce vendredi 22 mars à 19h au Local Sacco Vanzetti - Chaussée de Forest, 54 - 1060 Bruxelles

Après plus de 10 ans de gouvernements se réclamant du socialisme, divers pays d’Amérique Latine font face à des bouleversements importants. Le sujet, trop vaste pour être abordée en une seule soirée, se concentrera plus particulièrement sur la situation au Brésil et en Argentine, pays où la situation politique se polarise et où les travailleurs et travailleuses s’organisent pour faire face à une répression de plus en plus brutale.

La soirée s’organisera en deux volets avec tout d’abord une courte introduction pour présenter le contexte général en Amérique Latine suivit d’une présentation plus spécifique sur le Brésil et l’Argentine. Cette soirée sera aussi l’occasion de discuter des luttes et perspectives ainsi que de présenter le cas de Daniel Ruiz, dirigeant syndical et militant politique, emprisonné par le gouvernement de Macri depuis septembre 2018.

Événement Facebook

28 décembre 2018
Daniel Sugasti

Ce que 2018 nous laisse, et ce qui vient en 2019 pour nos luttes

Il est hors de doute que 2018 fut une année sous haute tension. L’impérialisme et les bourgeoisies nationales n’ont pas cessé leurs attaques et ont maintenu sans relâche leur intention de faire payer par la classe ouvrière et les peuples exploités du monde la crise économique qu’ils ont générée.1
   Cela fait plus de dix ans que le monde traverse une crise économique qui se traduit par une courbe descendante du système capitaliste dans son ensemble. C'est-à-dire que, malgré l’existence de récupérations faibles et éphémères dans l'un ou l'autre pays ou région, la tendance générale est que la crise s'approfondit, ce qui ne peut se traduire qu'en davantage de chômage, de misère, de crises migratoires, de guerres régionales, d'attaques frontales des gouvernements contre les droits historiques acquis par notre classe, etc. Bref, plus d'exploitation et de dégradation de nos conditions de vie.2

27 novembre 2018
Une déclaration de la LIT-QI :

Tous dans la rue ! A bas le G-20 !

Ces jours-ci, Buenos Aires est sous occupation militaire. Trente mille soldats protègent la réunion du G-20 des principaux dirigeants du capitalisme mondial. Les images de la presse illustrent la situation politique : ce n'est qu'avec le soutien d'une force militaire brutale que ces dirigeants peuvent se rencontrer. Ils savent qu'ils sont détestés par la plupart des travailleurs et des jeunes du monde entier.

16/01/2018
PST-Honduras

Que faire pour mettre fin à la dictature en Honduras ?

Le 26 novembre 2017, le Président du Honduras, Juan Orlando Hernandez (JOH), fut réélu pour un second mandat, après avoir obtenu la suppression par la Cour Suprême de l'article de la Constitution qui interdisait un second mandat consécutif. Son opposant, Salvador Nasralla, dirigeant de l'Alliance d'Opposition, contesta le résultat, dénonçant une fraude.

30 octobre 2017

Catalogne : une déclaration d'indépendance fictive et un article 155 bien réel

Le 1er octobre dernier, lors d'un Referendum organisé par la Generalitat, le gouvernement de la Comunauté autonome de Catalogne, plus de 90 % du peuple catalan a répondu par le OUI à la question : « Voulez-vous que la Catalogne soit un Etat indépendant sous forme de République ? »Le Referendum avait été déclaré illégal par le gouvernement central de Mariano Rajoy, sur la base de l'article 155 de la Constitution, qui lui permet de prendre le contrôle d'une communauté autonome comme la Catalogne si celle-ci « manque à ses obligations ou atteinte gravement à l'intérêt général de l'Etat espagnol ».
Le 10 octobre, une majorité de membres du Parlement catalan signe alors une Déclaration qui proclame la création d'une République catalane comme Etat indépendant. Celle-ci est soumise au vote le 27, et Rajoy destitue alors le président Carles Puigdemont, le vice-président Oriol Junqueras et d'autres représentants du gouvernement catalan, et il convoque à de nouvelles élections catalanes pour le 21 décembre. Et le lundi 30 octobre, deux partis indépendantistes, PDeCAT (Partit Demòcrata Europeu Català – Parti démocrate européen catalan), de Puigdemont, et ERC (Esquerra Republicana de Catalunya – la Gauche républicaine de Catalogne), de Junqueras, décident de participer à ces élections.
Voici une déclaration de ce 30 octobre de Corrent Roig, la section de la LIT-QI en Espagne.

Il n'y a pas de République, il n'y a pas de droit à décider sans mettre en échec l'article 155.
Boycott des élections de Rajoy et de la Monarchie.